Co-conception #1 / Romainmôtier

 

Romainmôtier Régéneration

Même si habiter une petite ville induit une série d’intimités, des regards, des façons d’être, vivre à la campagne est un cadeau que convoitent les citadins d’aujourd’hui. Notre époque, en réaction à la sur-urbanité qui a caractérisé le XXe siècle, retrouve un intérêt croissant pour une vie différente, plus respectueuse du rythme humain, plus proche de la nature et non citadine. La surconsommation devient un sujet de réflexion, voire de rejet, pour de nombreuses personnes en recherche d’équilibre et de tranquillité, qui tendent vers un certain dépouillement. Le vallon du Nozon, en tant que refuge naturel, autorise ce type de modèle alternatif. Une civilisation intermédiaire est en train de naître.

La ville de Romainmôtier joue aujourd’hui un rôle d’interface entre la nature et la culture, dans laquelle l’architecture du paysage est historiquement présente. Le prolongement de sa mise en valeur s’appuie sur la vie culturelle de la cité, son histoire et les spécificités de ses paysages d’une part, mais aussi sur les nouvelles opportunités qui s’offrent à elle d’autre part. Ainsi, une meilleure lisibilité et intelligibilité des particularités du village historique complètent le laboratoire culturel formé par la greffe de nouvelles populations du quartier de transition de Croy. Le vallon du Nozon, tout en étant le témoin des expériences humaines passées, offre le cadre général de celles à venir.

95 % des fruits consommés en Suisse proviennent de l’extérieur, il est possible de passer à 50 % grâce à l’exploitation de vergers et potagers. Les savoir-faire pour entretenir les vergers sont transmis soit par un formateur, soit par les nouveaux habitants possédant cette connaissance. Apparaissent ainsi des formations locales pour apprendre à tailler les arbres, les entretenir, puis les conserver, encourageant les emplois de proximité.

Honorer les anciens

La séniorisation de la société est la véritable révolution du XXIe siècle. En 2030, un Suisse sur deux aura plus de cinquante ans, cette tranche de la population est pour partie l’avenir de la Suisse. On a noté qu’une nouvelle terminologie est apparue qui prend en compte cette évolution sociétale : Serge Guérin parle de « boomers bohêmes » à propos des personnes dans la cinquantaine ou soixantaine qui forment un nouveau type sociologique, dotés d’une meilleure santé et d’une espérance de vie supérieure à celle de ses aînés, mais également d’une aisance financière importante. Cette évolution est l’occasion de réflexions de fond sur les conséquences du vieillissement, d’une révision du traitement de l’âge dans notre société. Parce que l’opportunité d’enrichissement intergénérationel existe, notre projet s’intéresse au moyen d’offrir des espaces aptes à la recevoir, et d’en tirer économiquement profit tout en répondant à une forte demande de la part des familles en facilitant l’adéquation entre activité professionnelle et vie personnelle.

Utopistes debout !

Il s’agit d’inventer une société nouvelle, un art de vivre plus intelligent. Les seniors, ne sont plus « usés par le travail » mais « riches de connaissance ». Ils tisseront ainsi la trame profonde du quartier sur laquelle de plus jeunes pourront assurer des expériences nouvelles, originales et innovantes. Il sera par la suite possible de créer des partenariats avec des écoles de niveau universitaire pour partager cet enrichissement. De la même façon, les coopératives mises en place pourront s’associer aux agriculteurs du vallon. La mise en place d’un magasin place du Fochau permettra la valorisation de la production locale. Ce type de structure par son exemplarité devient une vitrine que l’on vient visiter en famille ou avec la classe, transmettant ainsi aux jeunes générations une authentique fibre paysagère et environnementale.


Benjamin Loiseau + Fréderic-Charles Aillet + Florent Biais | Europan 11 | 15 hectares | Romainmôtier, Suisse | 2011


Romainmôtier Regeneration

While living in a small town leads to a series of intimicies, views, and ways of being, being in the country is a gift that the citizens of today covet. Our time, in response to the over-urbanity that has characterized the twentieth century, now finds a growing interest in a different life - one more respectful of human pace, closer to nature and not urban. Over-consumption is about reflection, and rejection, and for many people who are seeking balance and peace, it is striving towards a certain recount. The Nozon Valley, as a natural refuge, allows such an alternative model.

In Switzerland, 95% of fruits consumed come from outside. It is possible to increase to 50% through the use of orchards and vegetable gardens. Appear as local training to learn how to prune trees, maintain them and keep their fruits. This creates a local business that generates income and local jobs.

Honor the former

The aging of society is the real revolution of the twenty-first century. In 2030, 50% of the Swiss population will be more than fifty years. This segment of the population is in part the future of Switzerland. We see that new terminology has emerged which takes into account this evolution: Serge Guerin speaks about «boomers bohèmes» for people in their fifties or sixties, with better health and a life expectancy greater than their elders, but also an important financial comfort. This development is an opportunity for reflection on the substance of the consequences of aging, a review of the treatment of age in our society. There are seniors who are experts in their discipline or invested in projects outside work, and do not plan to stop working after retirement. Because this opportunity to enrich intergenerational exists, our project focuses on the way to provide space suitable to receive it.

Utopian up!

This is to invent a new society, a more intelligent way of life, where the discourse on old age is no more on a dramatized representation. Not «worn by the work» but «knowledge rich», residents participate in community life.

They create a frame in which more young people can provide original and innovative experiences. They will be encouraged to organize such workshops to share their know-how, some « Saturday club.» It will then be possible to create partnerships with university-level schools. The establishment of a shop place of Fochau will increase the value of local production. This type of structure is then expected to become a showcase for exemplary work, we come to visit with family or with the class to pass on to younger generations a genuine fiber for environmental landscape.


Benjamin Loiseau + Fréderic-Charles Aillet + Florent Biais | Europan 11 | 15 hectares | Romainmôtier, Suisse | 2011